La ville de Grenoble finance une immense fresque « anti-flics »

La ville de Grenoble finance une immense fresque « anti-flics »


Deux policiers matraquant Marianne par terre dont l’un porte un bouclier avec l’inscription « 49.3 », la fresque de l’artiste Goin ne plait pas à tout le monde.

Elle a été peinte sur un mur de la gare de Grenoble, qui sera prochainement détruit, dans le cadre du festival « Grenoble Street Art Fest ».

Or, ce festival est subventionné à hauteur de 25.000 euros par la mairie, ce qui a mis en colère certains élus d’opposition.

L’organisateur du festival, Jérôme Catz, a affirmé que l’artiste n’avait pas pour but de stigmatiser la police. Pour preuve, son oeuvre a été baptisée « L’Etat matraquant la Liberté ».

Le maire de Grenoble, Eric Piolle, a estimé qu’il s’agissait d’un festival indépendant sur lequel il ne souhaitait pas « avoir un droit de regard ».

Source: Le Dauphiné Libéré




Réagissez

Commentaires

Partagez :